Archive pour la catégorie 'Non classé'

Sur les loups discrets

La buvette des alpages publie un texte de Jean Luc Valérie, un photographe Lorrain environnementaliste spécialisé dans les zonnes humides, et qui s’exprime sur le loup dans les vosges. (Il a également son propre blog  http://naturenvironnement.over-blog.com/ ). J’ai eu l’occasion d’avoir une « prise de bec » avec lui sur l’éternel sujet des chiens errants car ce monsieur qui semble être un vrai artiste ne s’embarrasse guère de la rigueur scientifique. Toutefois cela lui permet de parler plus librement de sujets tabous ou que les études scientifiques ne cernent pas encore.

Au sujet des loups localisés dans les Vosges, il parle d’une population bien plus grande en France que ce que l’on croit et pas forcément issue de la population Italienne. En 1924 (je crois) on a décidé que le dernier loup avait été tué en France (Je suppose parce qu’on en avait pas tué depuis cette date) mais qu ‘est ce qui le prouve? Il me revient à la mémoire le témoignage d’un homme dans les Alpes de Hautes Provence disant avoir vu un loup dans les années soixante or en parlant de ce cas autour de moi, il s’est trouvé que d’autres personnes avaient entendu ce genre de témoignage.

Et de fait lorsque tout au début de la colonisation des Alpes par les loups d’origine Italienne on a soudain trouvé un loup dans les Pyrénées (trois au total), ça faisait « un peu gros à avaler ». On s’est évertué à nous expliquer que le loup peut parcourir d’énormes distances etc… oui mais là ils ont franchis trois autoroutes, le Rhône etc … alors qu’ils traversaient des endroits très accueillants (et puis trois loups d’un coup?!…). Ils ont comme par hazard étés trouvés dans une réserve naturelle, ce qui a alimenté la suspicion. Mais il se trouve que dans une réserve on observe mieux la nature qu ‘ailleurs. Il se pourrait donc que comme pour d’autres cas étranges (la bête des Vosges par exemple d’ou est originaire Jean Luc Valérie) ce soit le fait de loups vivant discrètement depuis des décennies et qui auraient brusquement eu un comportement plus téméraire. Par contre je ne suis pas d’accord avec Jean Luc Valérie (dont je ne suis pas ici entrain de faire un résumé de son article) lorsqu’il estime le braconnage de loups a 400 individus en dix ans soit quatre fois plus que ce qu ‘estiment en général les associations écologistes dont je serais très surpris qu’elles minimisent leurs chiffres. (Mais Jean Luc Valérie avoue qu’il s’enfiche des chiffres). Car si la population totale de loups est plus importante que ce que l’on prétend, c’est qu’il s’agit de loups discrets, prudents, évitant « l’overkiling » bref des loups pas chiant comme la légende voudrait qu’ils soient. Je ne pense donc pas qu ‘ils ont étés facilement repérés ni qu’ils aient suscités des vocations d’exterminateurs. (apparemment on ignorait tout bonnement leur existence).

Je pense comme JLV que les moyens scientifiques consacrés aux loups sont insuffisant car s’il existe des loups si discrets c’est bel et bien qu’il y a un problème concernant le comportement des loups alpins qu’on a même pas songé à effaroucher efficacement. Je remercie Jean Luc Valérie de réclamer l’anticipation des problèmes qui vont se poser dans les Vosges et d’insister sur l’aide dont auront besoin les éleveurs. C’est également un soulagement de l’entendre relativiser les subventions données pour le loup par rapport à celle de l’agriculture en général (une relativisation qui va dans le bon sens ça change).

Je n’ai de loin pas pu lire l’ensemble des articles de JLV, je ne suis pas un intellectuel, je lis très lentement et cet article n’est donc qu’une impression personnelle. Il vaut mieux consulter son blog « nature environnement » (un goût de déjà vu comme nom).

 

 

Publié dans:Non classé |on 21 août, 2011 |1 Commentaire »

POUR RESPONSABILISER LES ECOLOS

Un des gros problèmes dans la cohabitation entre les bergers et …les écologistes pro-loup est que ces derniers ce sont donnés une mission que personne ne leur avait demandé : être les juges du travail des éleveurs et bergers, particulièrement concernant la protection des troupeaux. Or ces associations n’ayant quand à elles aucune responsabilité, rien à prouver, aucune justification à donner , cela ne leur donne pas une grande crédibilité. Elles sont perçues, non sans raisons, comme des accusateurs « forts en gueule » mais pas bien positifs quant aux résultats . Et il serait convenable de ne pas sortir ici l’alibi des éco-volontaires de pastoraloup. Ils font certe un travail très intéressant , dont Férus filtre les résultats qui sont à communiquer au public. Il faut avoir des amis qui ont fait cette expérience pour savoir ce qui ce dit vraiment lors des séances de « débriefing » . Le travail de ces quelques volontaires, aux motivations diverses, ne peut pas être utilisé comme faire valoir dans la communication sur le loup.

Même si férus et les autres associations privilégient la solution de la protection des troupeaux, elles ne peuvent pas se permettre de continuer ce qui est ressenti comme une ingérence et de l‘arrogance. Leur raison d’être c‘est le prédateur, donc leur place est naturellement à ses cotés dans le travail d’effarouchement et « d’éducation du loup » et je pense qu‘elles devraient être officiellement investies de cette mission là avec tout les moyens que l’état met à disposition dans ce sens. Evidemment, là, il leur faudra avaler quelques unes des couleuvres qui foisonnent autour de cette question, car ceux qui répètent à longueur de temps qu’il faut faire une place aux prédateurs se trouveront dans la situation de faire respecter par les prédateurs l’activité humaine. Mais il en va de même pour les éleveurs qui préfèreraient, eux, s’occuper du loup plutôt que d’enfermer leurs brebis. L’effarouchement, en plus de la protection des troupeaux, qui revient aux éleveurs, est un moyen d’éviter les tirs. C’est donc enfin une obligation de résultat pour ces associations, puisqu’en cas d’échec ce sont les louvetiers qui entreront en jeux. Ensuite, il y a les différents entre ses associations et les éleveurs ainsi que l’administration qui se règlent de manière très abstraites par des jugements dans lesquels est développé un grand savoir faire en matière de chicaneries procédurières. Ce savoir faire là n’est utile ni aux éleveurs ni à la biodiversité. Or ,dans le droit du travail, les différents entre salariés et employeurs sont réglés aux prud’hommes ou siègent des représentants des deux parties. Pourquoi ne pas imaginer la même chose pour le cas de la cohabitation avec les prédateurs? On pourrait avoir une assemblée constituée de représentants des associations écologistes , d’éleveurs, de bergers mais également de louvetiers. Cela fait plusieurs siècles que cela se pratique pour les prud’hommes, personne ne songe à le remettre en cause. Il me semble donc tout à fait possible d’adapter ceci au cas des prédateurs dans le cadre légal. Les diverses associations ou syndicats qui disposeront d’une voie ont des avis nuancés, d’un coté comme de l’autre, et ne représentent pas deux blocs. Par contre, comme je l’ai déjà dit, les procédures judiciaires demandent des moyens que les bergers n’ont pas. Il leur faut donc à l’heure actuelle se rapprocher d’une fédération constituée dans ce but ou on entendra plus ces nuances.

Publié dans:Non classé |on 17 août, 2011 |4 Commentaires »

IL N EST DE PIRE SOURD QUE CELUI QUI NE VEUT PAS COMPRENDRE

 

 

La Buvette des Alpages vient de trouver un moyen assez compliqué de répondre à l’article de Laurent Garde :Accompagnement des exploitations d’élevage dans une situation de confrontation avec la protection des loups dans le sud est de la France.

http://mathieuerny.unblog.fr/files/2011/01/lginterventioninracirad7122010.pdf

Comme d’habitude il n’y a que Le webmaster qui soit en mesure de comprendre le lien qu’il y a entre les différents faits qu‘il évoque. Mais dans son article,

http://www.buvettedesalpages.be/2011/03/une-fois-tous-morts-les-loups-seront-tous-intelligents.html#tp 

on peut clairement se rendre compte de la stratégie qui est développée par les fanatiques de l’écologie pour esquiver le débat de fond sur les prédateurs.En effet, il n’est franchement jamais question d’éradication dans l’article de Laurent Garde, on y trouve juste un terme qui peut prêter à confusion, celui de « régulation« . En effet les ultra-écolos façon Bauduin de Menten ont empêchés dès le début par leur poids médiatique qu’un vrai débat ne se fasse sur le sujet du travail à mener sur le loup. Aussi aujourd’hui, 19 ans après le retour du premier loup, le publique ne comprend toujours pas les mots tel que « éducation du loup » ou « lupotechnie »comme l’appellent Marc Vincent ou Jean Paul Chabert (INRA). Il faut donc se contenter de ce mot « régulation » qui désigne aussi bien une décision administrative arbitraire d’un nombre de loup à éliminer (éventuellement même en vendant les droits de chasse) et d’autre part le travail visant à obtenir une baisse du nombre des attaques sur les troupeaux domestiques par une pression réfléchie et une connaissance du loup.  BDM n’envisage visiblement d’autres alternatives que le braconnage. Objectivement, cette solution arrange bien trop de monde à commencer par l’état qui est quitte de payer des hommes de métiers pour faire un boulot cohérent . Les associations pro-prédateur sont quittes de devoir transiger, elles peuvent garder leur pouvoir, leurs leviers de pression notamment juridiques. Par ailleurs cela permet aux plus furieux des anti-loups de se défouler. Mais le résultat de ce statu-quo c’est de la merde.

Dans mes conversations avec des personnes de tout bord, j’ai remarqué tout bonnement un consensus sur ce concept « d’éducation du loup » Et particulièrement parmi les nombreuses personnes travaillant dans l’écologie que je rencontre régulièrement. (ce ne sont toutefois pas des militants du Klan du Loup). Alors que ce passe t’il pour qu’il soit toujours impossible de faire mettre en œuvre et développer cette technique? On a bien réussi à le faire concernant la protection des troupeaux!

Il y a forcément un bras de fer entre les professionnels de l’élevage et le lobby des écologistes avec ses attaques et ses répliques si attendues, si ressassées, si ennuyeuses, ses chantages etc… Seulement « l’éducation » du loup est basée sur des mesures dont seules les plus extrêmes nécessitent d’éliminer un animal. Il aurait donc été logique que les mesures non létales soient mises en place dès le début du retour du loup.

Pour qui songe sincèrement à la « cohabitation« , cela devrait être une évidence. Or cela n‘a toujours pas été fait.

Autant à la tête de l’état on rêve de régler ce problème en vendant cher un nombre limité de droits de tirer le loup, autant les associations pro-prédateurs ont fait de la possibilité de tuer un loup une monnaie d’échange ce qui n’a aucun rapport avec la situation. C’est une ineptie de la part des écolos d’ en faire un moyen de pression dans le bras de fer qui les opposes aux éleveurs. Ces derniers n’ont pas fait de la protection de leurs troupeaux un moyen de chantage.

Lorsqu’on est dans le métier, on peut constater que les discutions techniques sur les moyens de protection se passent sans heurts, on y parle technique un point c’est tout. Les plus farouches anti-loups parmi les éleveurs tâchent de les appliquer sans recourir à l’aide de l’état et il y a effectivement, comme le dit Laurent Garde, un « savoir loup », cela est visible par la baisse significative de victimes par attaques. Par contre, la ou les écolos ne jouent pas le jeu, c’est que eux ont toujours fait glisser, comme le fait ici BdM la lupotechnie dans les sujets polémiques.

Je suis extrêmement déçu car j’ai de plus en plus le sentiment que ce qui aurait été possible dans ce sens à une époque ne l’est plus aujourd’hui et que c’est la bêtise et l’arbitraire qui ont gagné.

Publié dans:Non classé |on 23 mars, 2011 |Pas de commentaires »

Une bergère s’exprime sur le loup

Je viens de voir dans le blog « le grand charnier » un article intéressant dont je donne le lien: http://legrandcharnier.typepad.com/legrandcharnier/2011/02/il-y-a-des-choses-quil-faut-vivre-pour-les-comprendre-.html

C’est très bien écrit et c’est vraiment vécu. Il est trop rare que les bergers s’expriment ainsi pour laisser passer l’occasion.

Publié dans:Non classé |on 12 février, 2011 |Pas de commentaires »

Prolonger l’inaction environnementale dans un monde familier : la fabrication stratégique de l’incertitude sur les loups dans les alpes

La réaction de la buvette des alpages à l’article de Laurent Garde surla meute de loups de Cëuze a donné un écho tout à fait exagéré et non représentatif des réactions du monde des amateurs du loup. Il faut tout de même se souvenir que ce n’est qu’un seul type qui l’a écrit, tout seul dans son bureau. Il n’est ni berger, ni anthropologue et tout juste est il biologiste amateur s’intéressant à l’ours. J’ai trouvé très peu de réactions publiées sur internet de la part de personnes plus autorisées. Ce doit en effet être l’embarras dans les milieux pro-loup. Le comportement de cette meute n’est en effet en rien conforme a ce qui a été décrit et annoncé depuis des décennies. Il résulte manifestement de la surprotection Française du loup que bien des scientifiques oeuvrant pour cet animal on déjà dénoncés.En effet, il existe des millions de canidés apprivoisés en France car cet espèce a du être le premier compagnon de l‘homme. Quel serait donc l’intérêt dans ce cas d’avoir en plus des lou-loups à leurs mémères (si ce n‘est pour nuire au pastoralisme). Evidemment, pour tous les communicateurs écolos qui bombardent les médias de textes angéliques sur cet animal cela reste un effort d’honnête insurmontable que d’expliquer à ceux qu’ils ont convertis en fanatiques du loup que cet animal n’est pas là pour eux. Il doit rester sauvage et il ne faut donc pas aller à sa recherche. Se sont donc les écolos qui devraient rappeler au public qu’il n’y a qu’une chance sur des centaines de milliers pour des touristes de voir un loup et que c’est cette situation là qui est dans l’ordre des choses. Le loup doit donc craindre l’homme ainsi que cela nous a été dit depuis toujours par les écologistes et l’homme doit donc se faire craindre (les bergers craignent bien le loup) et ceci dans l’intérêt de tout le monde. Il n’y a pas besoin d’être voyant ni d’avoir des connivences avec les braconniers pour savoir que l’an prochain cette meute ne sera plus au complet. Le carton est trop facile à faire et rapportera trop de gloire a son auteur pour qu’il soit dédaigné. Le seul pays avec la France qui se soit engagé pour une protection totale du loup est l’Italie et là bas on compte presque officiellement sur le braconnage pour faire la régulation et « l’éducation » du loup. Ca coûte moins cher à l’état. En France on est donc clairement entrain de suivre cette voie et ça c’est vraiment nul.

Publié dans:Non classé |on 9 janvier, 2011 |3 Commentaires »

Accompagnement des exploitations d’élevage dans une situation de confrontation avec la protection des loups

Accompagnement des exploitations d'élevage dans une situation de confrontation avec la protection des loups  pdf lginterventioninracirad7122010.pdf

Un nouvel article que Laurent Garde m’a donné qui résume son expérience depuis 1997

Publié dans:Non classé |on 6 janvier, 2011 |Pas de commentaires »

Débat sur le loup à l’académie d’agriculture

Voici un lien vers le site de l’académie d’agriculture ou a eu lieu le 11/05/2010 un débat avec Michel Meuret et Marc Vincent de l’INRA, Laurent Garde du CERPAM et François Moutou (AFSSA)

http://academie-agriculture.fr/detail-seance_228.html

Publié dans:Non classé |on 3 janvier, 2011 |1 Commentaire »

Les habits neufs de l’empereur

Baudouin de Menten finit l’année 2010 avec l’article le plus abject de son blog. Il utilise le ton grossier dont il a pris l’habitude pour faire une attaque personnelle contre Laurent Garde.

Pour bien enterriner la chose il est allé réchauffer un article vieux de plus d’un an qu’il avait cru bon de mettre dans ces bêêêêst of du moment et qui est le moins convaincant d’un blog qui ne l’est déja pas trop . (Prédation des chiens errants, une étude qui change tout,  à la Buvette des Alpages. J’avais déja répondu à ce texte sur ce blog: http://mathieuerny.unblog.fr/2009/11/23/largument-de-la-predation-des-chiens-errants/.) Il l’avait également posté comme sujet de discution sur le forum de loup.org, sans obtenir de réactions et pour cause. Si cette étude changeait tout on l’aurait trouvé sur le site de Férus, FNE, le site officiel sur les grands prédateurs et dans les nombreuses conférences dont on trouve les échos sur internet. Cette étude est basée sur les recherches ADN (voici de quoi impressionner Baudouin) et permet de différencier les crottes de chiens et de loups et de savoir ce que chacun a mangé. Pour Baudouin cela infirmerait l’enquête de Laurent Garde. Il semble être le seul à le croire et veut à tout prix faire partager cette persuasion. L étude sitée par « la buvette »confirme bien que le chien mange de la viande mais ça je le savais déja. Par contre, comme cela est dit dans le résumé en Français, on ne peut pas savoir ce que le chien a tué lui même or c’est cela le sujet de l’enquête de Laurent Garde et de ses collègues. Comme l’étude est écrite en Anglais scientifique, Baudouin laisse planer l’idée qu’elle renferme un secret terrible que seuls des initiés comme lui peuvent connaitre. Dans l’article de présentation on dit bien qu’aux royaumes Unis ou on n’a aucune raisons de minimiser la prédation des chiens, il y a 30000 brebis qui en sont victimes par an et 5000 à 10000 agneaux c’est à dire un pour mille soit trois fois moins que ce qu’a trouvé Laurent Garde dans le Luberon et deux et demi fois moins que la moyenne nationale de l’étude à laquelle il a participé. Pour toute personne mentalement équilibrée cet article confirme donc très largement le travail de Laurent Garde et de ses collègues. Baudouin me fait penser au sketch de cet humoriste jouant le personnage d’un homme qui vient de recevoir son magazine et qui pousse toute sorte de cris enthousiaste devant les femmes nues qu’il y voit en photo jusqu’a ce que sa compagne lui fasse remarquer qu’il est entrain de feuilleter le magazine cathloique « La Vie ». Baudouin se croit drôle avec ses sarcasmes? Oui, il l’est.

Publié dans:Non classé |on 2 janvier, 2011 |Pas de commentaires »

BONNE ANNEE

pelouse2006079.jpg

BONNE ANNEE à TOUS

et longue vie au pastoralisme

Publié dans:Non classé |on 2 janvier, 2011 |Pas de commentaires »

Attaque de loups à Céuze

000photoloupplemoine.jpg

Voici un article que je viens de recevoir avec l’autorisation de le publier.La photo est du berger.Attaque de loups à Céuze pdf Attaque de 7 loups

 

Publié dans:Non classé |on 27 décembre, 2010 |2 Commentaires »
1...678910

Le Blog De La 5e |
HUMEUR DE CITOYENS |
Pour l'éveil de la jeunesse... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DEBAT SUR LA POLITIQUE FRAN...
| crise!! quelle crise?
| voixdusud