Archive pour la catégorie 'actualités'

L’election présidentielle

Je n’avais absolument pas l’intention de commenter la campagne présidentielle…sauf si on nous provoque. Je n’avais prêté aucune attention particulière aux différents racolage, tout juste ais-je noté que celui de Sarkozy n’a a proposer au monde rural que son anti-écologisme. Ca fait très constructif. Mais là, j’ai été choqué des propos tenus par l’équipe du NPA. Il est vrai que ce parti ne peut pas être accusé de racolage car il serait bien ennuyé s’il accédait au pouvoir. Mais j’ai quelques raisons de penser qu’il avait la sympathie de certains bergers ou éleveurs sans terre. Eh bien, je les invite à lire la Buvette des Alpages d’aujourd’hui (16 avril) ou ils trouveront un texte du NPA dont j’ai tiré ces quelques extraits :

 « Pour les propriétaires de grands troupeaux, nous sommes pour une aide conditionnelle à la reconversion, car ces grands troupeaux (dans ou hors la zone à ours actuelle) sont un véritable fléau pour les milieux montagnards. »

 « nous trouvons absurde et anti-écologique de faire voyager sur des dizaines de milliers de km de la viande mouton importée de Nouvelle Zélande.
Cependant il ne s’agit pas pour autant de développer le pastoralisme en montagne. Nous savons que l’élevage (et donc la consommation de viande) est un poste important des émissions de gaz à effet de serre. De plus, le développement du pastoralisme est antagonique de la reforestation naturelle »…

 « La création d’une réserve intégrale (concernant donc aussi la sylviculture) dans la zone refuge de chaque individu. » (ours).

les grands troupeaux en montagne sont dus au regroupement de plusieurs troupeaux afin qu’ils soient gardés comme le préconisent avec insistance les pro-prédateurs. Le NPA fait donc bien parti de ces groupes qui disent tout et n’importe quoi pourvu qu’on puisse éliminer les troupeaux. Et si on élimine les troupeaux, on élimine les bergers. C’est quand même clair, ils ne vont pas faire de la figuration!

Bref ! si vous n’envisagez pas d’autres candidats, abstenez vous plutôt.

Publié dans:actualités |on 16 avril, 2012 |1 Commentaire »

SWEETGRASS

Sur le très beau blog « regard Lozère » on trouve la description et une courte video du documentaire américain « Sweetgrass » sur la transhumance aux USA. Magnifique.

Publié dans:actualités |on 12 juin, 2011 |Pas de commentaires »

Comparatif des attaques de loups 2008-2010

Je n’avais pas prèté attention au lien que donne le grand charnier sur ce sujet. Je pensais connaitre suffisament la question. Eh bien non! On en apprend tout les jours. en seulement deux ans, celon la DREAL de Rhone Alpes , les attaques et les victimes du loup ont augmentés de cinquante pour cent. Je ne m’y attendais pas.

http://www.rdbrmc-travaux.com/loup/IMG/pdf/Bilan_attaques_loup_31_12_2010-2.pdf

Publié dans:actualités |on 14 avril, 2011 |1 Commentaire »

Nouvelles techniques d’effarouchement

La fédération France Nature Environnement à fait part d’une nouvelle technique d’effarouchement qui a vivement impressionné les membres de la commission loup. « Cette technique non létale d’effarouchement devrait être obligatoire sur nos alpages et conditionner les indemnisations » a dit le représentant de FNE « pourquoi toujours rechigner à aller de l‘avant? Si nos propositions étaient écoutées, il y a longtemps que l’on aurait pu constater que la venue du loup représente une chance pour le tourisme »a t’il encore déclaré. Une vidéohttp://www.youtube.com/watch_popup?v=zmM7QeoCP1Y&vq=medium

Permet effectivement de se rendre compte de la forte impression que le loup doit ressentir depuis sa cachette devant cette détermination.Mais l’association Férus ne partage pas l’enthousiasme de FNE pour cette technique qu’elle juge trop agressive. Elle craint une perturbation psychologique, notamment chez le couple alpha, pouvant déboucher sur une désorganisation de la meute et donc une recrudescence de la prédation. Elle rappelle que le loup a une crainte innée de l’homme en toute circonstances et donc la simple évocation de la présence humaine suffit à le faire fuir. Elle donne avec la page dont le lien est ci dessous, un exemple d’une technique qu’elle juge plus adaptée.

http://www.phengels.fr/epouvantails.html

Publié dans:actualités |on 1 avril, 2011 |2 Commentaires »

Nouvelle pub

Le livre de Marc Vincent de l’ iNRA « Les alpages à l’épreuve des loups vient de sortir aux éditions QUAE

http://www.quae.com/fr/livre/?GCOI=27380100298120

Publié dans:actualités |on 24 mars, 2011 |Pas de commentaires »

PUB

Le livre dirigé par Michel Meuret de l’INRA: Un savoir faire de bergersVient de paraître après plus de trois ans de préparation aux éditions éducagri et Quae. J’en suis un des très nombreux coauteurs

 

Un savoir-faire de bergersbouquinsfbcouv.gifbouquinsfbcouv.gif

 

Ouvrage collectif – Novembre 2010

Coéditio éducagri & Quaé

16 x 24 cm

334 pages

ISBN 978-2-84444-797-5

ISBN 948-2-7592-0860-3

25 Euros (version papier chez Educagri ou Quaé)

17,5 Euros (version numérique chez  wwwquae.com)

 

Pourquoi s’intéresser aujourd’hui aux bergers lorsqu’ils gardent les troupeaux au pâturage ? Ne serait-il pas aussi efficace et moins couteux de recourir à de solides clôtures ?

Comment les pratiques de bergers favorisent-elles le renouvellement des ressources naturelles et cultivées ? Comment des bergers encouragent-ils les facultés d’apprentissage des moutons et des chèvres et stimulent-ils leur appÈtit face à des mélanges de plantes variées ?

Les bergers ont dans les mains une culture technique toujours vivante, qui correspond bien aux attentes de la société en matière d’agriculture plus respectueuse du Vivant. L’ambition de cet ouvrage est de le rappeler, à l’heure ou les politiques publiques cherchent à concilier agriculture et protection de la nature, ce qui réinterroge les modes de production agricole.

C’est une demande venue de l’Ouest des Etats-Unis qui est à l’origine de cet ouvrage. Là-bas, des chercheurs, éleveurs et gestionnaires de la nature, associés en réseau, cherchent à rompre avec l’approche qui assimile les animaux d’élevage à des machines guidées par l’instinct. Ils privilégient les connaissances sur les comportements adaptatifs et les capacités d’apprentissage, ceux des animaux, mais aussi des humains qui s’en occupent. Ayant eu vent des travaux de recherche menés en France avec des bergers, ils nous ont demandé : « Qui sont ces bergers, et comment ont-ils appris à travailler ainsi ? ».

Cet ouvrage donne à voir les quelques travaux de chercheurs ayant tentÈ de comprendre puis de modéliser les pratiques de garde des troupeaux. Il s’agit de recherches délibérément « subjectives », avec partage de connaissances entre chercheurs et bergers, ces derniers étant associés dès la conception des travaux.

Il ne s’agit pas de chercher à standardiser le savoir-faire de bergers, ni d’en réduire la complexité. Il s’agit de le rendre moins mystérieux, donc plus attractif et pour partie enseignable, non seulement dans le monde de l’élevage mais aussi chez tous ceux intèressés par les paysages vivants de montagnes et de collines.

 

L’ouvrage associe diffÈrents points de vue : chercheurs, ingénieurs pastoralistes, gestionnaires d’espaces naturels, formateurs en écoles de bergers (voir liste des auteurs au verso). Mais, avant tout, il donne la parole à des bergers et bergères, celles et ceux qui ont contribuÈ aux travaux scientifiques ou exprimé les difficultés rencontrées suite à la méconnaissance de leur métier par leurs concitoyens.

L’ouvrage s’adresse aux randonneurs, aux gestionnaires d’espaces naturels et forestiers, aux élus ruraux, aux éleveurs, aux chercheurs, aux enseignants agricoles, et enfin à celles et ceux qui, chaque année plus nombreux, souhaitent s’engager dans la voie d’un métier riche de sens : berger.

 

Le sommaire

 

Introduction – Pourquoi cet ouvrage et pourquoi maintenant ?

Berger en France : un savoir-faire ‡ revaloriser

1 : Deux siècles de changements radicaux pour les parcours du Sud de la France

2 : Ou en sont les bergers aujourd’hui ?

Les pratiques de bergers : explorations scientifiques

3 : Le gardiennage des brebis sur un territoire d’élevage diversifié : enquètes pionnières

4 : Des pratiques d’un berger expérimenté à la construction d’outils d’aide à la gestion d’alpages

5 : Les formes d’un troupeau gardé en alpage par un berger : genèse et diversité

6 : Le gardiennage des brebis sur la steppe ventée de la Crau

L’étonnant appétit des troupeaux gardés par des bergers

7 : Stimuler l’appétit lors des circuits de garde : échange d’expériences entre un berger et un chevrier

8 : Modèle MENU : le berger vu comme un chef cuisinier

Les bergers et la conservation de la nature

9 : le pâturage conduit par des bergers sur les sites des conservatoires d’espaces naturels

10 : Collaborer en confiance entre berger et gestionnaire de site naturel : le cas du camp militaire de La Valbonne

11 : Les pratiques de bergers dans les Alpes bouleversées par le retour des loups protégés

Les Ècoles de bergers

12 : La revalorisation du mÈtier par les formations en Ècoles de bergers

13 : La formation berger vacher transhumant en montagne pyrénéenne

Le métier vu de l’intérieur

14 :  être berger salarié dans les Alpes

15 : Notre métier de berger en débat

 

Les auteurs

 

Bergers et bergères

Isabelle BAUMONT – Olivier BEL – …milien BONNET – Mathieu ERNY – Jean-Michel GASCOIN – Jean-Do GUYONNEAU – Pascaline KROPP André LEROY – Jean-Lou MEUROT – Roger MINARD – Hervé TRIPARD

Chercheurs

Jean-Pierre DEFFONTAINESChristian DEVERRE – Bernard HUBER  Etienne LANDAIS – Elisabeth LECRIVAIN – Pierre MARTINAND – Michel MEURET – Isabelle SAVINI – Pascal THINON – Marc VINCENT

Ingénieurs pastoralistes

Olivier BONNEFON – RÈmi DUREAU – Patrick FABRE – Jean-Pierre LEGEARD – François MILLO

Gestionnaires d’espaces naturels

Francis MULLER – François SALMON

Formateurs en écoles de bergers

Pierre GASCOUAT – Michelle JALLET – Marie LABREVEUX – Danielle LASSALLE – Sandrine VERDIER

 

Le coordinateur

 

Michel Meuret, Ècologue et zootechnicien, est directeur de recherche à l’INRA (Sciences pour l’Action et le Développement). Privilégiant le point de vue de l’animal dans l’étude des pâturages, il a montré que la valeur alimentaire de végétations hétérogènes dépend de l’appétit du troupeau, qui lui même résulte de l’organisation pastorale connue et pilotée par l’éleveur ou le berger. Il a animé des recherches interdisciplinaires sur le recours au pâturage pour la conservation de la biodiversité sur pelouses naturelles, landes, friches et sous-bois.

Contact: meuret@avignon.inra.fr – Tel: +33/607114399

Publié dans:actualités |on 16 novembre, 2010 |Pas de commentaires »

Le Blog De La 5e |
HUMEUR DE CITOYENS |
Pour l'éveil de la jeunesse... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DEBAT SUR LA POLITIQUE FRAN...
| crise!! quelle crise?
| voixdusud