Un régulateur de la faune sauvage

Parmi les arguments en faveur du retour du loup il y a celui de la régulation naturelle de la faune sauvage. Grâce à ces super-prédateurs, on n’aura plus besoin des chasseurs pour réguler les sangliers, cerfs et chevreuils dont on nous dit, depuis que le loup est de retour, qu’ils sont en surnombre. C’est presque à croire que c’est le loup qui fait proliférer les herbivores sauvages puisque avant son retour les écologistes parlaient plus souvent de leurs sous effectifs. Entre temps, ces militants ont donc prêté une oreille plus attentive aux problèmes de la sylviculture. Et bien sûr, ce sont les sangliers, les animaux qui font le plus de dégâts aux cultures, qui seraient la principale espèce régulée par le loup.

En même temps, on nous explique que le loup est un animal opportuniste qui va au plus facile pour chasser. Croyez vous vraiment que le sanglier soit le plus facile à tuer pour un prédateur ? Déjà, on sait que c’est un animal très fort, imposant, qui charge défenses en avant. Mais en plus, la technique de prédilection du loup pour tuer est d’étouffer sa proie en mordant le cou. Ce n’est pas possible pour le sanglier. Toutefois, ce n’est certes pas moi qui vais prétendre qu’il est « scientifiquement prouvé » qu’une meute ne peut pas s’en prendre à un sanglier  car je sais que les loups savent tuer des bovins et des équidés mais c’est tout de même bien plus rare que les moutons.

Dans les informations que je reçois régulièrement sur la prédation du loup sur la faune sauvage, je n’ai jamais vu ou entendu parler de sangliers. Aussi, même dans un contexte ou la faune sauvage serait en sur-population, la prédation du loup occasionnera un déséquilibre en s’en prenant plutôt aux chevreuils qu’aux sangliers qui n’ont pas besoin de ce favoritisme pour proliférer. Là encore, les théories qui valent pour une nature complètement sauvage ou se rajoutent bien d’autres paramètres que ceux que retiennent les arguments militants, sont obsolètes chez nous, en France.

Publié dans : Non classé |le 3 mars, 2017 |1 Commentaire »

Vous pouvez laisser une réponse.

1 Commentaire Commenter.

  1. le 3 mars, 2017 à 22:07 Alain DESCHANDOL écrit:

    Cher Monsieur,
    Je me documente depuis plusieurs années sur le Loup, animal ô combien symbolique,traqué, pourchassé, vilipendé, depuis des siècles par l’homme.
    Concernant les Sangliers, je n’ai dans ma vidéothèque que peu de séquences montrant une meute de Sangliers. On nous montre la poursuite puis le Sanglier tué et consommé par les Loups : ce n’est donc pas convaincant à 100%. Mais les prédateurs s’attaquent plus volontiers aux animaux faibles, avec une tactique
    intelligente digne de chasseurs humains. La régulation du Sanglier peut se faire par élimination des jeunes comme le font d’autres prédateurs.
    Je suis en contradiction avec vous lorsque vous affirmez que les Loups ne peuvent venir à bout de Sangliers. Là encore la tactique des Loups commence par l’attaque des pattes arrières qui affaiblit la proie qui finit par se laisser prendre et souvent prise à la gorge pour la mise à mort. Dans le parc de Yellowstone les Loups s’attaquent aux Bisons qui pèsent plus d’une tonne…
    Je vous recommande de lire le rapport des autorités américaines qui ont produit un rapport sur l’état du parc de Yellowstone, une dizaine d’années après la réintroduction du Loup, éradiqués auparavant.
    Les changements sont surprenants : modification de la faune et de la flore, régression des cervidés qui broutaient les jeunes arbres et qui n’avaient plus de prédateurs,réapparitions de nouvelles espèces, changement du cours de rivières, etc. etc.

Laisser un commentaire

Le Blog De La 5e |
HUMEUR DE CITOYENS |
Pour l'éveil de la jeunesse... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DEBAT SUR LA POLITIQUE FRAN...
| crise!! quelle crise?
| voixdusud