Archive pour septembre, 2013

Sacrifice

 

A la mi octobre, ce sera l’Aïd el Kébir pour les musulmans avec le sacrifice rituel d’un jeune bélier. Ca va donc bientôt être la saison, sur internet, des commentaires racistes déguisés (ou pas). Brigitte Bardot a déjà ouvert le bal, d’autres suivront . Donc moi aussi je vais y aller de mon commentaire comme chaque année …… afin de devancer les provocations. L’an dernier nous avions eu droit aux propos orduriers de Gérard Charollois aux quels je ne tiens plus dorénavant à répondre.

Pour moi, l’abattage d’un mouton devrait toujours être fait comme un sacrifice. C’est toujours le cas dans les sociétés ou il n’y a ni frigo ni bouchers, on tue un agneau pour une grande occasion et pour tout le monde.

Je n’ignore pas que les agneaux dont j’ai la responsabilité seront mangés. Pour s’en scandaliser en étant cohérent, il ne suffit pas d’être végétarien, il faut être végétalien et se passer aussi de produits laitiers. Car une vache une chèvre ou une brebis ne donne pas de lait qui n’ait été prévu pour un petit. Que devient-il à votre avis ? Il est tué le plus tôt possible.

Toutes sortes de choses sur lesquelles il est tout à fait possible de fermer les yeux, il suffit d’acheter des lasagnes surgelées. Ca ne ressemble guère à un être sensible évidemment.

Dans les sociétés qui pratiquent le sacrifice, on est bien obligé de regarder en face ses responsabilités. Ce n’est pas anodin et c’est pour cela que c’est un sacrifice. (plus encore si on a élevé l’animal).

C’est bien ce regard là que l’on devrait avoir sur la viande que l’on consomme. Or il y a un gros problème en France du fait de l’obligation de l’abattage dans des abattoirs centralisés. Ce n’est pas une fatalité, c’est un choix politique car en Allemagne, il y a près de 10 000 abattoirs contre quelques centaines seulement en France. Un éleveur peut y abattre chez lui pour peu qu’il ait un local agréé pour cela (ce qui est certainement plus simple qu’une fromagerie) et la présence d’un vétérinaire. Ce genre de solution permettrait donc de cesser la clandestinité néfaste aux bonnes conditions du sacrifice de l’Aïd qui, effectivement, stresse alors l’animal au moins autant que dans un abattoir.

L’abattage centralisé, et donc industriel, handicape le circuit court, la vente directe qui permettent de se démarquer des importation. Assouplir cette législation et investir dans ce changement serait même la moindre des choses de la part de l’état par rapport à l’élevage ovin. Car si la France avait bel et bien besoin de dédommager la Nouvelle Zélande par rapport au Rainbow warrior, il n’est pas juste que cela se soit fait sur le dos des éleveurs ovins et demanderait une compensation digne, c’est à dire pas sous forme de subventions mais en laissant les moyens aux éleveurs de travailler.

Si l’on n’est pas tenu d’accepter toutes les traditions qui pourraient être contraire à l’esprit de la république laïque, la Fête de l’Aïd mérite par contre tout à fait d’être défendue. Cette tradition n’est pas contraire à l’esprit de la république mais ne s’accommode guère de l’abattage industriel, comme d’ailleurs l’ensemble de l’abattage hallal en général. Car si l’abattage d’animaux conscients n’est certainement pas une grande souffrance (lorsqu’on sait faire), c’est le stress qui est à éviter.

Publié dans:Non classé |on 24 septembre, 2013 |1 Commentaire »

Lettre à José Bové

 

Monsieur Bové.

Je ne connais pas le détail des débats que vous avez eu récemment avec vos anciens compagnons de la confédération paysanne, mais ce qui ressort de vos différente prises de position (du moins, ce qu’en diffuse la presse) c’est que vous aussi vous vous émouvez du retour du loup dans la mesure ou il s’approche de la zone de production laitière intensive du Roquefort. Certes, les Cévennes seront parmi les zones difficiles à protéger du loup, mais pas votre Causse. Je suis étonné que vous puissiez vous aussi partir du principe que ce serait le chiffre d’affaire des exploitations qui déterminerait des zones à préserver du loup en priorité.

Les dégâts du loup seront certainement comparables dans leur répartition sur le territoire, à ceux des chiens errants qui, d’après l’étude nationale menée selon le protocole de Laurent Garde montre que dans les zones ou l’élevage ovin est très présent, la proportion de dégâts est moindre. Le Larzac étant, parmi les territoires de cet étude, celui ou la proportion est la plus faible (1,7 pour mille je crois).

Cette idée comme quoi la zone de production laitière du massif central serait à protéger en particulier (éventuellement en empêchant l’installation du loup) est ancienne, j’en ai entendu parler depuis plusieurs années et elle était évoquée par des représentants de l’état . Je la trouvais déjà injuste alors mais bien d’avantage venant de vous.

Cette idée rejoint celle, inacceptable, formulée cet été par les associations pro-prédateurs les plus extrêmes disant au sujet des Alpes Maritimes : « Dans les Alpes-Maritimes, beaucoup de troupeaux sortent toute l’année dans des terrains escarpés et broussailleux. Ce département concentre près de la moitié des prédations sur le bétail alors qu’il ne compte qu’une toute petite minorité des ovins présents dans l’aire de répartition du loup en France. Ce mode de pastoralisme avec des très grands troupeaux souvent mal gardés est-il vraiment adapté ? » (rappelons que s’il y a de grands troupeaux c’est pour pouvoir employer un berger, voire un aide berger contre le loup. Quand à la remarque que les troupeaux sont mal gardés, c’est de la provocation gratuite).

Ceci ne ressemble pas à l’idée que je me faisais de la solidarité pastorale.

Par ailleurs, la « solution » que vous évoquez de tirer sur le loup qui attaque son troupeau s’appelle en langage officiel « tir de défense ». Son autorisation est largement généralisée aujourd’hui…mais trop tard pour avoir un effet sur le comportement du loup. Il ne fallait pas attendre que le loup se rapproche de votre Causse pour en parler. De plus il devrait être prévu que ce travail puisse être effectué par d’autres, pas forcément des bénévoles, car je suis de ces bergers qui n’ont pas envie de garder avec un flingue.

En espérant que le député européen que vous êtes saura se préoccuper d’autres territoires que celui ou il vit, recevez mes meilleures salutations.

Mathieu Erny

Publié dans:Non classé |on 22 septembre, 2013 |1 Commentaire »

Le Blog De La 5e |
HUMEUR DE CITOYENS |
Pour l'éveil de la jeunesse... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DEBAT SUR LA POLITIQUE FRAN...
| crise!! quelle crise?
| voixdusud