Archive pour décembre, 2012

Une Fatwa contre le « monde agricole »

Tout ce qui a cheveux blanc n’est pas forcément un vieux sage.

Monsieur Raymond Faure, président de la FRAPNA Loire c’est lancé dans un texte incohérent en cherchant désespérément un prétexte pour s’en prendre aux éleveurs ovins .http://www.buvettedesalpages.be/2012/12/nationalisons-les-parcs-nationaux-francais.html               En février dernier déjà il prêchait la guerre sainte aux jeunes venus au colloque sur les réintroduction organisé par la LPO à Lyon sans succès. Tout ceux qui lui ont répondu ont fait connaître leur désaccord. Il avait déjà pour se justifier, le prétexte des vautours.

Pour commencer bien sûr, il y a les sempiternels calculs et pourcentages que l’on manipule dans n’importe quel sens à la façon des estimations de dégâts de chiens errants.

Monsieur Faure dit :

« Si le monde agricole est incapable de cohabiter ou de supporter quelques prédateurs qui lui chapardent 2 ou 3 moutons dans les Parcs Nationaux, soit sur moins de 1 % du territoire national, comment espérer mettre en œuvre la réduction de 50 % des pesticides en 2017 sur les 99 % du pays ? »

Le seul parc du Mercantour, (la partie cœur) représente 0,13 pour cent du territoire Français …mais concentre un dixième des prédations de loup . Si l’on inclue la « zone d’ adhésion » cela représente environ mille bêtes et non pas deux ou trois. Il faut d’ailleurs se rendre compte qu’un troupeau en estive est toujours plus ou moins dans une zone protégée ou à protéger (car on oublie les efforts que les bergers font spontanément, ceux qui donneront le résultat le plus sûr et qui souvent sont contrariés par les mesures de protection du loup).

mais ce qui est particulièrement écoeurant c’est la série d’amalgames qui aboutit à discréditer les paysans les moins représentatifs économiquement. Ainsi, si « le monde agricole » n’est pas capable de supporter la prédations de quelques moutons à la valeur dérisoire, comment pourra t’ il (ce monde agricole) parvenir à la réduction de 50 pour cent des pesticides ?

Quel est le rapport ? Pour l’un, c’est une situation qui met en péril son activité (cela ne se mesure pas qu’en ovins tués), pour l’ autre c’est une mesure qui permettra si elle est correctement soutenue (par rapport à la concurrence étrangère) de faire une meilleure qualité et de séduire plus de consommateurs. La confédération paysanne qui s’investit depuis longtemps dans l’agriculture saine n’est pas en mesure, malgré sa bonne volonté par rapport à l’environnement, de relever le défit du loup, et ce n’est évidemment pas M Faure qui l’y convaincra.

Car ici, le raisonnement est particulièrement sordide, Monsieur Faure dit clairement que puisque l’élevage ovin est minoritaire dans le « monde agricole » les problèmes qu’il rencontre peuvent se résoudre sans difficultés. On imagine donc bien comment.

 

Quand au problème des vautours qui sert de prétexte à Monsieur Faure, cela pourrait faire le sujet d’une étude pour un étudiant en sociologie car c’est le cas le plus représentatif des dégâts que peuvent commettre ceux qui prennent le militantisme pour un défouloir. Quand dans les Pyrénées on a commencé à parler de comportements anormaux chez les vautours, j’ai fait une recherche sur internet pour savoir comment on en parlait de part et d’autres. Il s’ avérait que tout le monde savait pertinemment quelle était la cause de ce phénomène (un changement de législation en Espagne concernant l’ équarrissage des animaux d’élevage qui privait les charognards de la nourriture à laquelle ils étaient habitués). Il était alors facile de lutter ensemble pour rétablir l’équilibre que cette loi avait rompue et on peut tout à fait se douter que nombreux sont ceux qui l’on fait. Mais pour les grandes gueules de l’écologie, il était beaucoup plus amusant de se défouler sur le « monde agricole » en traitant les paysans d’exterminateurs. Ce jeux puéril a eu évidemment pour effet de crisper l’ambiance et de désigner le vautour comme bouc émissaire à ceux qui en cherchaient un. C’est ainsi que cette situation s’est pourrie et dégénérera tant qu’il y aura des gens comme Raymond Faure pour l’utiliser. Cela reste tout de même marginal.

Quel est le machin que Raymond Faure appelle « monde agricole » et qui lui permet de faire tout les amalgames dont il a besoin ? Juste avant de passer le texte de RF La Buvette des Alpages affichait un article saugrenu intitulé : « Le loup est-il de gauche ? » Baudouin de Menten, le webmaster invitait ses lecteurs à discuter (à se lâcher plus précisément) sur ce sujet (sans succès d’ailleurs) car il a évidemment bien compris l’avantage que peut avoir un manipulateur d’opinions comme lui à favoriser les classifications simplistes. Or contrairement à ceux qui cherchent la concertation, les extrémistes préfèrent recenser tout ce qui peut les différencier de leurs adversaires jusqu’à faire d’eux un portrait robot qui cumule toutes ces différences. Encore un peu de travail et Baudouin de Menten arrivera à fournir à Raymond Faure un article sur : « Le monde agricole, anti-vautours, pro- gaz de schiste, homophobe, pro aéroport de Notre Dame des Landes (tant qu’a faire)….etc. Ce sera évidemment une belle réussite du «Monde écologiste ».

C’est à présent aux militants écologistes de se poser la question de la pertinence de ce genre de fatwa ridicule. Pour les éleveurs et les bergers, il vaut mieux se souvenir que l’on n’est pas obligé de dire zut au vautour lorsqu’on le dit à Raymond Faure.

 

Publié dans:Non classé |on 10 décembre, 2012 |1 Commentaire »

Le Blog De La 5e |
HUMEUR DE CITOYENS |
Pour l'éveil de la jeunesse... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DEBAT SUR LA POLITIQUE FRAN...
| crise!! quelle crise?
| voixdusud