Archive pour octobre, 2012

Anti Aïd

Vendredi dernier était la fête de l’Aïd el kébir pour les musulmans, avec le fameux sacrifice rituel d’un jeune bélier.

La fondation de Brigitte Bardot s’était déjà élevée contre cette pratique au nom du bien être animal et toutes sorte d’associations anti-pastoralistes ont exploités ce prétexte notamment, bien sûr, la Buvette des Alpages avec des textes présentant les personnes qui respectent les traditions comme des imbéciles (le mot est bel et bien cité).

Ce genre de traditions qui n’est pas que Musulmane ni même une exclusivité des trois grandes religions monothéistes vient d’une époque pas bien lointaine ou l’abattage d’un mouton était forcément un sacrifice. Ceci est toujours le cas dans les sociétés traditionnelles d’Afrique (par exemple).

Qu’ est ce qui fait souffrir les ovins, est ce cette incision rapide, suite à laquelle ils perdent leurs force vitales, ou est ce le contexte dans lequel cela est pratiqué?

En France, pays très centralisateur, il y n’y a que quelques centaines d’ abattoirs et peu permettent l’abattage ovin. En Allemagne il y en a 10 000. Un éleveur y a le droit d’abattre chez lui pour peu qu’il ait un local agréé pour cela et qu’il y ait la présence d’un vétérinaire.  Qui peu penser q’ un agneau qui attend son tour parmi des centaines à l’abattoir du département n’a pas peur? Est-on vraiment sûr qu’a l’abattoir de Sisteron ou des techniciens vérifient plusieurs milliers de carcasses par jour, elles sont mieux inspectées que par un vétérinaire qui en regarde quelques dizaines?

Plusieurs associations écologistes ont publiés des textes,(soit disant des enquêtes bien sûr) sur le marché noir des agneaux. Ils rapporterait tellement plus que des éleveurs n’hésiteraient pas à renoncer à la prime à la brebis pour avoir des agneaux non déclarés à vendre. Bizarre, l’agneau n’est pas un produit taxé comme les cigarettes. D’après la fédération France Nature Environnement cela rapporterait à l’éleveur jusqu’a deux fois plus. En admettant que ce soit vrai…  FNE ne nous dit évidemment pas ou passe cet argent que les éleveurs ne trouvent pas dans le circuit officiel. Pour les intégristes de l’écologie il est plus important de stigmatiser les subventions touchées par les agriculteurs que de chercher les bonnes solutions. Il est évident que l’obligation d’emmener ses bêtes dans un abattoir situé parfois à cent kilomètres a un cout et est une contrainte qui rend presque indispensable le travail des intermédiaires. La vente directe est une galère que seul certains passionnés tant chez les producteurs que chez les consommateurs se permettent. Pourtant, ce dernier voyage et la concentration d’animaux destinés à l’abattage est un stress évident… Qui leur serait épargné dans une solution à l’allemande.  J’avais un moment cru comprendre que la fondation Brigitte Bardot militait pour une solution d’abattoirs itinérants permettant d’abattre directement dans un pré. Exellente solution et la fête de l’Aïd devrait être le moment idéal pour une telle revendication. Malheureusement, les orientations politiques de Brigitte Bardot lui font préférer un combat contre la tradition musulmane.

L’élevage ovin avait déjà été abandonné au moment des réparations éxigées à la France suite à ses exactions en nouvelle Zélande avec le Rainbow warrior. Cela par contre, est passé dans une opinion publique Française honteuse (à juste titre) sans faire de remous. On avait trouvé une minorité idéale pour encaisser le coup.

Depuis, la meilleure défense des éleveurs Français serait de promouvoir un produit frais et de proximité. Cette solution a également été sabotée par le gouvernement qui en imposant en plus  la présence incontrôlée (elle) du loup donne vraiment une impression d’ irresponsabilité concernant l’élevage ovin.

La fête de l’Aïd se trouve donc objectivement hors la loi et la clandestinité que cela impose n’est évidemment pas favorable au bien être animal. Transporter un agneau dans le coffre d’une voiture pour l’égorger dans une arrière cour sombre n’est pas non plus ce qui convient le mieux concernant le respect que la tradition musulmane éxige par rapport à l’animal sacrifié.

La solution est toujours la même…

Quand on se rend compte à quel point la Buvette des Alpage, qui est la vitrine des intégristes de l’écologie en général, stigmatise toute une catégorie socioprofessionnelle avec un fort complexe de supériorité par rapport à la paysannerie, comment elle veut profiter de l’affaiblissement de l’élevage ovin pour faire des bergers et des éleveurs une caste d’intouchables soumise à des diktats dont l’efficacité quand au prétexte écologistes donnés n’est pas vérifié, on comprendra sans ambigüité que le prétexte qu’ils se donnent par rapport à la fête de l’Aïd cache bel et bien du racisme.

 

Publié dans:Non classé |on 29 octobre, 2012 |1 Commentaire »

L’atelier d’écriture à Champoléon

Les 20 et 21 octobre derniers, j’ai organisé à la Maison du Berger à Champoléon dans le Champsaur un atelier d’écriture avec Gérard Meyer , ancien formateur d’enseignants qui a bien voulu venir exprès de notre Alsace natale pour cet atelier. Je savais parfaitement ce que je faisais en l’invitant car je n’ai jamais vu quelqu’un se sentir « en dehors du coup » lors de ces ateliers. Voici donc nos textes écrit à partir d’une liste de mots aléatoire, ainsi qu’un aperçu des jeux auxquels nous nous sommes livrés.

D’abord l’introduction de notre fascicule par Gérard.

 

Horizon

Ligne magique et indécise                                                                                                                                                                       oû                                                                                                                                                                                                                      La terre bouche le Ciel…                                                                                                                                                                          parfois                                                                                                                                                                                                              nous nous en sommes rapprochés                                                                                                                                                      par la parole, l’écriture ou le silence,                                                                                                                                                 mais toujours ensemble…                                                                                                                                                                       merci à vous                                                                                                                                                                                                  Francine, Christiane, Aurélie                                                                                                                                                                 merci à vous                                                                                                                                                                                        Pierre, Benoit, Mathieu                                                                                                                                                                        Mes amis en écriture

Gérard Meyer

 

Merci surtout à toi Gérard

 

Cadavre exquis:

Le bélier de l’Abbaye lit Kant en bramant depuis la nuit des temps.

 

Le texte de Benoît

 

Je n’ai pas vu cette plaque et j’ai glissé

dans ce précipice indécis qu’est ma planète.

Tel un végétal j’ai pris racine et élevant mon regard j’ai cherché le sens.

J’ai scruté, exploré: que signifiait ce rendez vous avec la vie ?

Apercevant alors un passage, je me suis embarqué dans ce voilier.

Enfin, à l’horizon j’ai vu des animaux paître

et sensible à l’ atmosphère, j’ai pris ces quartiers pour toujours.

 

Jeux avec nos noms

Bienfaiteur

Emulsion

Noisette

Original

Iconoclaste

Température

 

Le texte de Pierre

Arrivés sur le roc saillant, nous avons dominé l’énorme troupeau massé au bord de la falaise. Elles ne nous ont pas attendu les bêtes pour dévaler le précipice. Le passage d’une grande profondeur, étroit escalier de pierre, presque impraticable, débouchait sur une pente raide.

Elles ont secrètement basculé, glissé, débaroulé comme des fétus précaires le long du précipice.

Aucune mauvaise intention de leur part, aucun souci des convenances non plus. A vouloir faire la ronde et rejoindre la tête du troupeau, il fallait qu’elles descendent coûte que coûte en suivant celles de devant.

Les Astres y étaient-ils pour quelque chose?

Notre mauvaise étoile, elle, était au rendez vous.

Impuissants, il a fallu attendre que le troupeau s’éloigne, que les bèlements s’éteignent, que la poussière se dissipe.

Dans le silence gènant de la montagne, la langue asséchée par la peur, d’un pas trainant mais à mille lieux d’être tranquilles, nous sommes descendus de notre promontoire vers la scène du drame.

Des mortes, des mortes… Vous me manquez déjà…

 

Acrostiches:  Noctanlecteur, ustensique, libéragique,épimagique.

 

Mon texte

Le vertige d’Atlas

Le miroir de schiste noir mouillé

éclat de montagne en feuille de métal étalée

le reflet des strates empillées

comme un livre aux feuilles brulées

et la poussière des rocs délités

dans l’encre des torrents d’orage enragés

révèle au géomancien des signes annonciateurs

de rochers éboulés dans la terreur.

Le passage des vautours voiliers

devant les refuges troglodytes

réveillent les ancestrales paniques:

Le vide et le poids de la vie fascinée

en équilibre inquiétant

sur le précipice béant

prêt à basculer.

 

extrait de notre dictionnaire d’acrostiches:

rateuracro: personne ayant la faculté de rebondir avec élégance dans une conversation après avoir dit une bourde.

 

Le texte de Christiane

Parade

Le berger la nuit est au calme. Il tente d’exorciser l’attaque du faucon qui a eu lieu discrètement en plein jour sur son troupeau.

Pour ne pas se morfondre dans la tristesse après cette désagréable aventure, il se gave de chocolat pendant un quart d’heure, prend son miroir et se fait des grimaces et pour finir, danse une valse sur un air d’ Edith Piaf.

 

Notre dictionnaire d’acrostiches:

Noctensile: interrupteur de lumière dans les cabannes de berger.

 

Le texte de Francine

 

La brebis et le chamoix.

A la ville, tout au bout de la vallée…c’est jour de foire.

Pour la brebis hermitte, qui passe tout l’été seule sur sa montagne, c’est un rituel d’aller  s’y promener: rencontrer les copines, boire le café, deviser à n’en plus finir.

Elle arrive à sa voiture après avoir descendu toutes les vertes prairies de l’adret, après avoir traversé la foret, après avoir suivi le cour tortueux du ruisselet.

Là, certain chamoix hautain, qui du haut de son rocher l’avait ignorée tout l’été… l’attendait intéressé.

Vous pensez… une balade à la ville!

L’air de rien il se pointe… et sans retard, pas le moins du monde embêté, il s’installe … à la place du passager.

Ainsi vont les rustres sans gêne, qui n’accordent aux autres leur attention que par intérêt.

 

Le dictionnaire d’acrostiches:

Ustambule: ustensile de cuisine conçus pour le camping.

 

Le texte de Gérard

 

Brève rencontre

La gare

Le train

Les horaires cadencés

et cette voisine indécise

aux allures imprécises

mi-végétale, mi-animales

originale

et moi

distant et fasciné

elle était là

désirée…

Le train

la courbe, la nuit propice

la vitesse qui déroute

et moi

soudain

si près d’elle…

mais, déjà,

sortie du tunnel

 

encore notre dictionnaire:

acrogique: personne tombée en dépendance de pratiques magiques.

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans:Non classé |on 22 octobre, 2012 |1 Commentaire »

Réponse aux revendications de Férus

Document synthétisant nos demandes concernant le loup remis à la conseillère de la ministre de l’Écologie lors de notre rendez-vous au ministère de l’Écologie le 1er août 2012.

Il apparaît comme évident que, peu à peu, le loup va reconquérir la plupart des territoires qui étaient les siens aux siècles derniers. Mis à part les alentours des grandes villes, son expansion va continuer probablement vers les forêts du centre de la France, le Massif Central et les Pyrénées. Il sera nécessaire de suivre cette expansion, voire de la précéder auprès de l’opinion publique et de trouver les solutions adaptées dans les zones où sa présence pourrait provoquer trop de problèmes. Le loup à sa place partout dans notre pays où les proies sauvages existent en quantité suffisante et ces zones sont nombreuses.

Pour se faire, il faut cesser de dénier le loup chaque fois que c’est possible, particulièrement dans les zones ou il s’installe.

La priorité absolue doit être donnée à une réelle politique de cohabitation entre le monde de l’élevage et le loup en donnant les moyens techniques aux éleveurs, notamment les petits élevages, de se protéger de la prédation. L’aide à l’embauche d’aides-bergers qui assurent une présence humaine complémentaire sur les troupeaux en zones à loups doit devenir la règle et les petits élevages doivent pouvoir en bénéficier.

L’action « pastoraLoup » de Ferus doit être fortement aidée et encouragée par l’Etat car elle démontre que la cohabitation est possible et réduit sensiblement la prédation.

Férus dit par ailleurs que le résultat de l’action pastoraloup n’est pas évident du tout mais que c’est la présence de ces volontaires qui est appréciée. Ces derniers servent de faire valoir a Férus et les autres associations mais personne en dehors de Férus n’est au courant des retours de ces expériences. Férus se méfie même de son propre personnel qui n’a pas le droit d’exprimer de doutes. Il est évident que la bonne volonté de quelques bénévoles ne suffit pas à créer les conditions nécessaires à la cohabitation.

L’Etat doit mettre en œuvre un système d’indemnisation forfaitaire et cesser le système actuel qui est obsolète et source continuelle de conflits. Il doit être institué une « prime de risque » forfaitaire pour travail en zone à prédateurs, prime fonction de l’importance du troupeau. Ainsi, les éleveurs se protégeant correctement auront à la fois la prime et leurs bêtes indemnes à l’inverse du système actuel qui fait que moins un éleveur se protège, plus il a de prédation, plus il touche de primes. Ces « zones à prédateurs » pourraient être régulièrement réactualisées en fonction des zones de présence permanente du loup. Seules les zones de colonisation ou de présence temporaire seraient justifiables du constat. Ce système permettrait :

  •  de mieux maîtriser et prévoir le coût de l’expansion du loup dans notre pays,
  •  de permettre aux gardes de l’ONCFS ou des parcs nationaux de remplir leur mission qui est celle de la police de la nature et non pas de faire des constats d’attaques, sources continuelles de conflits avec les éleveurs et qui prennent une partie énorme de leur temps de travail.

Nous demandons une étude chiffrée sur le coût total (en temps et en travail perdu) des interventions pour constats d’attaques de ces agents.

Et que couterait le suivi du loup si les agents de l’ONCFS n’étaient appelés à chaque attaque? Férus voudrait intensifier le flou concernant les dégâts des loups pour pouvoir faire circuler des chiffres « cuisinés maison » comme ceux de FNE concernant les chiens errants. C’est ce que Farid Benhamou et Laurent Mermet appelleraient « La fabrication stratégique de l’incertitude » S’il est vrai qu’une partie des indemnisations pourraient être payée forfaitairement comme le préconise Férus, il n’en reste pas moins que les expertises restent indispensables.

Toutes les mesures que peut prendre l’Etat dans l’aide à la protection des troupeaux et à la cohabitation sont autant d’économies sur la prédation indemnisée.

L’Etat ne doit utiliser la possibilité de prélèvement d’un loup que dans des cas extrêmes, tels qu’ils sont prévus par la convention de Berne et la directive européenne « Habitats ». Il faut favoriser l’effarouchement et les tirs de défense non létaux. La décision éventuelle d’un prélèvement doit être prise par une commission nationale, composée de quelques personnalités incontournables qui peut être saisie en quelques heures, à mettre en place.

Pour ce qui est de l’effarouchement, Férus ni aucune des autres associations ne sont à la hauteur de l’enjeu et ne peuvent se permettre ce ton moralisateur, car ils serait normal qu’il soient concernés eux aussi par cette technique non létale. Ce qui se passe c’est que ceux qui comprennent le mieux les prédateurs ne sont pas les naturalistes mais les chasseurs or les écolos ne veulent généralement pas assumer les liens qui les lient avec cette activité. Un effarouchement sérieux a besoin d’être violent. Il n’a pas pour but d’habituer progressivement le loup à la présence humaine mais de l’en dégouter. Or, si le berger a vocation à préserver son troupeau, il n’a pas forcément à savoir tirer, même avec du gros sel. ceci peut être réalisé par n’importe qui d’autre et donc il serait normal que les associations pro prédateurs s’y collent. Je trouve même qu’elles devraient avoir la responsabilité de l’ensemble des mesures d’effarouchement avec obligation de résultats. Si les tirs non létaux et les autres mesures d’effarouchement ne marchent pas, ils en sont responsables et on passe au tir de défense dont ils ont intéret à favoriser l’efficacité. Sinon, c’est le tir de prélèvement. Certes, cette dernière décision peut être prise par une commission de personnalités incontournables mais elle ne doit pas être composée que de spécialistes du loup et effectivement, doit pouvoir être saisie en quelques heures.

Nous demandons que la directive du 10 février 2012 de Mme Odile Gauthier, directrice de l’Eau et de la Biodiversité, demandant au directeur de l’ONCFS de mettre en place un réseau technique relatif aux opérations d’interventions sur les loups soit abrogée dans les meilleurs délais et que l’ONCFS soit conforté dans sa mission principale qui est de sauvegarder et gérer durablement la faune sauvage et ses habitats, notamment par la surveillance des territoires et la police de l’environnement et de la chasse.

Il n’est pas normal ni « naturel » de demander aux éleveurs de ce contenter d’une défense passive qui leur incombe. Dans la nature cela ne se passe évidemment pas ainsi. Il faut donc qu’il y ait une organisation concernant cette forme de louveterie développant un savoir faire qui n’existe pas aujourd’hui. Ces responsabilités commencent par les technique d’effarouchement et se finit sur le savoir faire nécessaire pour tuer un loup bien défini plutôt qu’un individu de la meute au hazard

Les préfets ne doivent plus être décideurs pour les éventuels prélèvements car trop soumis aux aléas des interventions diverses des personnalités, notamment du monde de l’élevage, de leur département. Ils ne doivent plus être qu’une « courroie de transmission » vers la commission nationale décisionnaire.

Nous demandons qu’une enquête soit diligentée dans le département du Var sur les causes du nombre excessivement élevé de victimes attribuées au loup en 2011. En effet, d’après les chiffres donnés au dernier Comité Départemental « loup » de Draguignan, il apparaît qu’à lui seul, le camp militaire de Canjuers qui a une superficie de 35000 ha, regroupe 12 % de la prédation attribuée au loup en France (644 sur 5300) pour environ une dizaine d’éleveurs.

Nous demandons à ce que la notion de « loup non exclu » disparaisse des données chiffrées des victimes et qu’il ne soit comptabilisé que les cas de prédation certaine du loup. Nous demandons qu’une étude sérieuse sur la prédation des chiens divagants soit réalisée afin de pouvoir faire des comparaisons entre la prédation du loup et celle du chien.

Comme les brebis disparues à cause du loup n’apparaissent dans aucune donnée chiffrée officielle, il faut laisser cette mention pour compenser (incomplètement) ces dégâts. D’autant plus, que l’on peut s’apercevoir à plusieurs cas (dans les Bauges par exemple)que le fameux « bénéfice du doute » est bien loin d’être appliqué aussi largement que le prétendent les association pro-prédateurs et que « loup non exclus » sert souvent dans les zones nouvellement conquises par le loup pour reculer le moment d’annoncer officiellement sa présence. Pour les chiens errants, c’est une bonne chose pour Férus de se rendre compte du ridicule que le WWF et FNE ont jetés sur ce thème. mais une enquête nationale très sérieuse existe déjà d’après le protocole mis en place par Laurent Garde et repris par plusieurs autres chercheurs. Leur crédibilité est autrement engagée que les extrapolations du WWF et de FNE qui ne sont pas signées et n’ont pas réellement de protocole consultable. Le site officiel de l’état reprend ce travail. Il suffit de demander à des scientifiques ou des sondeurs reconnus de valider ou non cette étude. Parce que si Férus met en cause cette enquête sous prétexte qu’elle est issue de chercheurs travaillant sur le pastoralisme, qui aura la crédibilité nécessaire pour en faire une autre? Pas les associations militantes évidemment, mais pas non plus les chercheurs biologistes et naturalistes que l’on peut alors soupçonner de la même façon de ne pas être impartiaux.

Nous demandons une réduction du nombre de participants au Groupe National Loup dont les réunions ne servent que de tribune à certains afin que ce Groupe puisse travailler dans la sérénité et que les avis des 3 représentants des associations de protection de la nature (Ferus, FNE et le WWF) soient mieux pris en compte.

Les associations de protection de la nature ont tout de même l’avantage d’être trois alors qu’il n’y a qu’un seul représentant d’associations de bergers et que longtemps le Groupe National Loup a fonctionné sans un seul représentant de bergers.

Ferus demande à être membre des Comités Départementaux Loup des Vosges et du Haut Rhin dès qu’ils seront constitués et systématiquement de tous les groupes départementaux « loup ».

 

Par ailleur férus évoque le braconnage ainsi:

Nous considérons le braconnage comme un fléau qui doit être sévèrement combattu par l’Etat.

Le taux de croissance moyen du loup pour une population en voie d’expansion devrait être de 20 à 30 % avec les pertes « naturelles » (vieillesse, accidents, luttes entre loups, intempéries…). En France, ce taux est de l’ordre de 15 %, voire moins, ce qui est très faible et démontre l’importance supposée des prélèvement illégaux dus au braconnage. Sans ce braconnage, la population de loups actuelle devrait être au minimum le double de celle actuelle.

Le taux de croissance en France est faible (quinze pour cent)? Cela signifie alors que la gestion du loup est calamiteuse puisque l’augmentation des prédations en 2011 a été de 30 pour cent et supérieure à 25 les années précédentes. Les loups font donc d’avantages de dégâts proportionnellement à leur nombre d’année en année. Il y a là un très sérieux problème. Avec une situation comme celle là il faut cesser de dire que les solutions de cohabitation fonctionnent, ça ressemble bien plus à un échec.

 

Férus dit par rapport à l’ours ceci:

La conservation de l’ours brun étant une obligation légale en regard de la directive européenne 92/43 dite « Habitats », nous ne pouvons envisager que deux alternatives :
· soit l’ours n’est considéré et géré que comme une contrainte, et le conflit perdure, ce qui ne nous exonère pas de nos obligations ;
· soit on accepte l’idée qu’il constitue également un atout sous la forme d’un potentiel de développement et de valorisation inexploité, et nous avons une chance de concilier les enjeux économiques et écologiques, c’est-à-dire de mettre en oeuvre un véritable développement durable.

Je me souviens que FNE, les DIREN  et d’autres ont voulu à tout pris créer une association : Association de Cohabitation Pastorale qui leur ressemblerait mais serait sensée représenter le monde de l’élevage. Le résultat a été complètement artificiel et depuis l’association a du changer de nom , de status et d’objectifs. Pareillement, la marque Pé d’escaou des fromages fabriqués par des éleveurs pro-ours ne représente presque plus rien. Ce genre d’initiatives cherche à « diviser pour mieux règner » alors que si on regarde plu sincèrement la situation on peut constater que les différences d’opinions entre éleveurs ou bergers (quand ils en on une ) ne les empêche pas de collaborer ensemble.

logo-pdf

Publié dans:Non classé |on 9 octobre, 2012 |Pas de commentaires »

Le Blog De La 5e |
HUMEUR DE CITOYENS |
Pour l'éveil de la jeunesse... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DEBAT SUR LA POLITIQUE FRAN...
| crise!! quelle crise?
| voixdusud