Archive pour mars, 2011

ET HOP DIX ANS DE PERDUS

Je viens de voir dans la Buvette des alpages un aricle sur un scientifique Suisse qui analyse les ADN de loups de son pays. Il en conclut que tout les ADN disponibles viennent bien de la souche Italienne (comme ne France) qui est facile à identifier. Personnellement je n’en doute pas mais ce scientifique devrait se contenter des faits. Au lieu de cela, il renchérit, avec le reporter qui l’interroge, sur le fait que cela prouve irréfutablement  que le loup est revenu naturellement. Passionnant! il a fallut dix ans (en France) pour que les conflits que génère cette question s’estompent. Il est assez facile de penser que si le premier loup n’était pas arrivé naturellement, ce n’était q’une question de mois pour que ce soit le cas et on ne se sert plus guère de cet argument dans les milieux pastoraux. Par contre, en quoi est-ce que le fait que le loup soit d’origine Itaienne constitue t-il une preuve scientifique qu’il n’a pas été réintroduit ? Pourquoi ceux qui auraient eu la volonté de réintroduire un loup seraient t’ils allés le chercher au Canada? Drôle d’idée! J’ai toujours du mal à réaliser que des scientifiques faisant un travail aussi aprofondi,, mobilisant des moyens très important, sont capables de donner à la présentation de leur travail une conclusion si simpliste qu’un enfant de cinq an peut la réfuter. Réactiver ce débat c’est perdre 10 ans dans le chemin vers une cohabitation sereine.

Publié dans:Coup de Gueule |on 27 mars, 2011 |1 Commentaire »

Nouvelle pub

Le livre de Marc Vincent de l’ iNRA « Les alpages à l’épreuve des loups vient de sortir aux éditions QUAE

http://www.quae.com/fr/livre/?GCOI=27380100298120

Publié dans:actualités |on 24 mars, 2011 |Pas de commentaires »

IL N EST DE PIRE SOURD QUE CELUI QUI NE VEUT PAS COMPRENDRE

 

 

La Buvette des Alpages vient de trouver un moyen assez compliqué de répondre à l’article de Laurent Garde :Accompagnement des exploitations d’élevage dans une situation de confrontation avec la protection des loups dans le sud est de la France.

http://mathieuerny.unblog.fr/files/2011/01/lginterventioninracirad7122010.pdf

Comme d’habitude il n’y a que Le webmaster qui soit en mesure de comprendre le lien qu’il y a entre les différents faits qu‘il évoque. Mais dans son article,

http://www.buvettedesalpages.be/2011/03/une-fois-tous-morts-les-loups-seront-tous-intelligents.html#tp 

on peut clairement se rendre compte de la stratégie qui est développée par les fanatiques de l’écologie pour esquiver le débat de fond sur les prédateurs.En effet, il n’est franchement jamais question d’éradication dans l’article de Laurent Garde, on y trouve juste un terme qui peut prêter à confusion, celui de « régulation« . En effet les ultra-écolos façon Bauduin de Menten ont empêchés dès le début par leur poids médiatique qu’un vrai débat ne se fasse sur le sujet du travail à mener sur le loup. Aussi aujourd’hui, 19 ans après le retour du premier loup, le publique ne comprend toujours pas les mots tel que « éducation du loup » ou « lupotechnie »comme l’appellent Marc Vincent ou Jean Paul Chabert (INRA). Il faut donc se contenter de ce mot « régulation » qui désigne aussi bien une décision administrative arbitraire d’un nombre de loup à éliminer (éventuellement même en vendant les droits de chasse) et d’autre part le travail visant à obtenir une baisse du nombre des attaques sur les troupeaux domestiques par une pression réfléchie et une connaissance du loup.  BDM n’envisage visiblement d’autres alternatives que le braconnage. Objectivement, cette solution arrange bien trop de monde à commencer par l’état qui est quitte de payer des hommes de métiers pour faire un boulot cohérent . Les associations pro-prédateur sont quittes de devoir transiger, elles peuvent garder leur pouvoir, leurs leviers de pression notamment juridiques. Par ailleurs cela permet aux plus furieux des anti-loups de se défouler. Mais le résultat de ce statu-quo c’est de la merde.

Dans mes conversations avec des personnes de tout bord, j’ai remarqué tout bonnement un consensus sur ce concept « d’éducation du loup » Et particulièrement parmi les nombreuses personnes travaillant dans l’écologie que je rencontre régulièrement. (ce ne sont toutefois pas des militants du Klan du Loup). Alors que ce passe t’il pour qu’il soit toujours impossible de faire mettre en œuvre et développer cette technique? On a bien réussi à le faire concernant la protection des troupeaux!

Il y a forcément un bras de fer entre les professionnels de l’élevage et le lobby des écologistes avec ses attaques et ses répliques si attendues, si ressassées, si ennuyeuses, ses chantages etc… Seulement « l’éducation » du loup est basée sur des mesures dont seules les plus extrêmes nécessitent d’éliminer un animal. Il aurait donc été logique que les mesures non létales soient mises en place dès le début du retour du loup.

Pour qui songe sincèrement à la « cohabitation« , cela devrait être une évidence. Or cela n‘a toujours pas été fait.

Autant à la tête de l’état on rêve de régler ce problème en vendant cher un nombre limité de droits de tirer le loup, autant les associations pro-prédateurs ont fait de la possibilité de tuer un loup une monnaie d’échange ce qui n’a aucun rapport avec la situation. C’est une ineptie de la part des écolos d’ en faire un moyen de pression dans le bras de fer qui les opposes aux éleveurs. Ces derniers n’ont pas fait de la protection de leurs troupeaux un moyen de chantage.

Lorsqu’on est dans le métier, on peut constater que les discutions techniques sur les moyens de protection se passent sans heurts, on y parle technique un point c’est tout. Les plus farouches anti-loups parmi les éleveurs tâchent de les appliquer sans recourir à l’aide de l’état et il y a effectivement, comme le dit Laurent Garde, un « savoir loup », cela est visible par la baisse significative de victimes par attaques. Par contre, la ou les écolos ne jouent pas le jeu, c’est que eux ont toujours fait glisser, comme le fait ici BdM la lupotechnie dans les sujets polémiques.

Je suis extrêmement déçu car j’ai de plus en plus le sentiment que ce qui aurait été possible dans ce sens à une époque ne l’est plus aujourd’hui et que c’est la bêtise et l’arbitraire qui ont gagné.

Publié dans:Non classé |on 23 mars, 2011 |Pas de commentaires »

Le Blog De La 5e |
HUMEUR DE CITOYENS |
Pour l'éveil de la jeunesse... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DEBAT SUR LA POLITIQUE FRAN...
| crise!! quelle crise?
| voixdusud